Les Célestes

Enfants d’hommes aux oreilles mystérieusement pointues, les célestes sont portés vers le bien commun, celui de l’humanité. Ils vivent en voyageurs et vont de par le monde afin de venir en aide à ceux qui en ont besoin ; leur présence est donc généralement appréciée.

Description

Il est connu que les premiers célestes sont apparus sur les terres d’Iluma il y a environ trente ans, après une terrible secousse qui ébranla tout le continent. Pendant les mois qui suivirent, toutes les femmes qui étaient en voie d’accoucher donnèrent naissance à des enfants aux oreilles pointues et à la beauté surréelle. Rapidement, on en vint à appeler ces enfants les “célestes”, car on les croyait encore plus purs que les “purs”.

Le nom était bien choisi. En grandissant, les célestes démontrèrent une forte propension au bien. D’autres célestes sont nés depuis, sur les terres d’Iluma et ailleurs sur la Carte, mais ils restent encore très rares. On sait que leur croissance est similaire à celle des humains et qu’ils peuvent se reproduire entre eux ou avec des humains. Les enfants de telles unions semblent, pour le moment, démontrer toutes les caractéristiques des célestes “complets”. Pour l’instant, on ignore encore tout de leur longévité, les plus vieux célestes ayant à peine 30 ans. Vu leur rareté, les célestes n’ont pas de culture unifiée. Pour la plupart, ils ont grandi en étant l’exception, l’enfant étrange qui n’est pas vraiment humain et qui n’a jamais rencontré un autre être tel que lui.

À peu près tout le monde sait ce qu’est un céleste mais, en dehors des terres d’Iluma, rare sont ceux qui peuvent se vanter d’en avoir rencontré un.

Les Damnés

Âmes incapables d’accepter leur propre mort, les damnés se sont échappés du Styx pour prendre possession de corps vivants et poursuivre ainsi leur existence. Incapables de garder ce corps en vie, et impossibles à exorciser, ils se décomposent lentement et sont méprisés par tous lorsque découverts.

Description

Il est souvent difficile de reconnaître un damné : l’intolérance à leur endroit est généralisée et ils prennent beaucoup de précautions à ne pas être identifiables. Les manches longues, les foulards et les turbans peuvent être des indices, mais ne sont aucunement une garantie. Présumer d’une personne qu’elle est damnée est une insulte très grave : il est donc malaisé de demander à une personne de prouver qu’elle est humaine lorsque son habillement ou son attitude provoquent des doutes. Ici, on ne peut pas vraiment parler d’une race. En fait les damnés peuvent être de n’importe quelle race. Par un procédé nébuleux aux yeux des vivants, des âmes errantes prennent possession du corps d’une âme faible afin de revenir dans le monde des vivants. Ils pourrissent sur pieds et cet état va en se dégradant avec le temps. Plus ils usent d’un hôte, plus le corps pourrit. Il est donc impossible de discerner les damnés des êtres vivants au début, mais leur apparence les trahit rapidement.

Les damnés sont généralement très bons vivants et très concentrés sur leur but. En général, seule la mort pourra les empêcher de réaliser ce pour quoi ils ont pris possession d’un corps. Ils ont tendance à voyager beaucoup, afin de ne pas être identifiés, et la plupart cherchent à éviter les problèmes qui pourraient attirer une attention sur leur personne. Ils auront donc tendance à « suivre le flot » et aller avec la majorité quand c’est possible et quand ça ne contrevient pas à leurs croyances fondamentales.

Les Damphyres

Descendants des vampires des Catacombes, rares sont les damphyres ayant vu la grandeur de leur cité d’origine. Les damphyres peuvent être le fruit d’une création qui a échoué ou de l’union d’un damphyre et d’un humain. Capables de supporter le soleil et de se nourrir normalement, ils conservent quand même les stigmates de leurs ancêtres nocturnes dans leur teint maladif et leurs cernes marqués.

Description

Les damphyres sont souvent rejetés autant par les sociétés humaines que vampiriques. Chez les premiers, à cause de leur trop grande parenté avec les vampires, chez les seconds, pour la raison inverse. En effet, les damphyres ne sont ni humain ni vampire : ils proviennent souvent d’une tentative de création de vampire ayant échouée. La malédiction, ne « prenant » pas correctement, laisse l’humain visé avec certaines caractéristiques des vampires, mais faibles et imparfaites au point où les vampires véritables les perçoivent comme des échecs. Il est donc extrêmement rare de trouver un damphyre vivant dans la société vampirique : ceux qui le sont sont généralement traités en esclaves, comme n’importe quel humain captif, et leur progéniteur n’admettra jamais sa filiation.

Les damphyres ne sont pas infertiles et l’union de deux damphyres transmet la « demi-malédiction » à leur progéniture. Dans le cas de mélanges, selon ce qui a été observé, la passation de la maladie est aléatoire. Certains prétendent que les damphyres sont la preuve que la race humaine serait en train de développer une résistance à la malédiction du vampirisme. D’autres voient plutôt chez eux une preuve de l’affaiblissemment de la race vampirique.

Les Féraux

Imitations de l’homme créées par Biros pour un jour éclipser la race humaine, les Féraux sont ambitieux, forts, rusés et arrogants. Des hommes ils ont l’apparence, si ce n’est que de leurs crocs pointus, mais ils croient que le monde leur est dû et considèrent la vie comme un combat qui ne se termine que lorsqu’ils rejoignent leur créateur.

Description

Il ne faut pas confondre les féraux avec les hybrides et les chimères : alors que ces derniers sont des créatures aux apparences variées et à l’intelligence parfois limitée, les féraux sont une race “finie”, à l’intellect souvent redoutable. Il existe bien des différences d’un féral à l’autre, mais pas plus qu’entre deux individus de la race humaine.

La couleur des yeux varie du jaune au bleu, en passant par le brun et des tons d’orangé, certains ont les pupilles fendues et certains féraux sont plus velus que la plupart des humains, mais sans plus. Personne ne sait exactement quels animaux sont entrés dans la composition de la race. Si vous demandez à un féral, il vous dira que le meilleur de chaque à été gardé, et que toutes les faiblesses ont été éliminées de leur race. Les faits tendent à le prouver : les féraux atteignent leur maturité physique très jeunes, vers l’âge de 11 ou 12 ans, sont généralement en excellente condition physique leur vie durant et tombent rarement malade. Leur “vieil âge” est bref et, aux yeux d’un humain, ils meurent quand ils sont encore dans la force de l’âge. Les seuls points distinctifs sont leurs crocs et leur tendance à se croire supérieurs aux autres races. La hiérarchie est importante chez eux et ils tolèrent mal les gens qui ne savent pas garder leur rang. Un féral peut être sous les ordres d’un humain qui a démontré sa supériorité dans un domaine : ce qui lui sera insupportable, c’est un groupe “démocratique” où aucun chef n’est défini clairement.

Les Humains

Race dominante, les humains ont pris leur destin en main, littéralement. Ils ont mis fin au règne des dieux au fil d'une épée. Versatiles et intelligents, les humains se démarquent par leur ingéniosité et leur capacité d’adaptation.

Description

C’est le peuple majoritaire, celui qui domine de par son nombre toutes les terres connues et civilisées. Leur apparence est des plus variées, allant des cheveux noirs comme le jais à ceux blonds comme le blé. On retrouve de tout parmi ce peuple : mendiants, voleurs, chevaliers, marchands ou bien vassaux. Nul n’est pareil, comme chaque grain de sable dans le désert est différent des autres.

Les humains sont des êtres changeants. Depuis la Guerre de la Praxis, les hommes ont pris leur destin en main. Ils ont acquis leur liberté et certains ont choisi d’en abuser, agissant pour leur profit seul. Pour d’autres, l’objectif est le bien de l’Humanité avant tout.

Les Orcs

Anciens guerriers des dieux, les orcs ont su s’intégrer dans un monde dominé par l’homme grâce à leur passion et à leur honneur inébranlable. Ils sont loyaux jusqu’à la mort et se tueront à l’effort si nécessaire.

Description

La race orc date de la Grande Guerre. Lorsque l’homme déclara ses intentions aux Anciens, ceux-ci créèrent une force armée jamais vue auparavant. Ils furent façonnés avec deux attributs principaux : une loyauté sans faille et une passion sans pareil pour la bataille. Leurs légions déferlèrent du nord, ravageant les terres de l’homme. Bataille après bataille, que ce soit dans la victoire ou la défaite, leurs armées grugèrent les forces de l’humanité.

Ce ne fut que lors de la prise des Arribas que l’on reprit espoir. Les Anciens n’avaient pu créer une race sans cœur et ce fut ce qui causa leur perte. Les armés de l’homme, forte d’une légion d’orc, reprirent l’offensive. Lentement, que ce soit lors de batailles ou tout simplement par la négociation, il n’y eu plus un seul orc loyal aux Anciens.

Suite à la victoire de l’homme, la race orc s’installa surtout au nord et dans les Arribas. Leurs légions devinrent leurs clans, leurs traditions s’installèrent. En cent ans, on pu voir la naissance d’une culture complète, complexe et subtile. Les orcs sont tous loyaux, au point où la mort est une alternative tout à fait raisonnable à bafouer une promesse. Être guerrier reste un des aspects principaux de la vie orc et on ne verra que très rarement un orc mage.

Les orcs sont très acceptant des autres races, mais ils tentent de les garder hors de leur culture. Leur race est trop jeune et vulnérable pour se permettre trop d’influence externe.

Praxis 2016
Nom et prénom du participant